Devenir propriétaire sans apport personnel, un rêve immobilier accessible

Devenir propriétaire sans apport n’est pas un mythe. Contrairement aux idées reçues, on peut en effet concrétiser son rêve d’achat immobilier sans argent. Voici comment accéder à la propriété dans l’hexagone, comme 6 ménages sur 10.

Les prêts aidés : une aide de l’état pour devenir propriétaire sans apport

L’achat de sa résidence principale est un véritable objectif de vie pour une large majorité de français. Plus de 70 % d’entre eux estiment en effet qu’il faut être propriétaire avant la retraite (enquête Harris Interactive pour le Conseil Supérieur du Notariat). 43 % pensent même que la vie est un échec si l’on ne devient pas propriétaire ! Si l’achat d’un bien immobilier est source d’angoisse, c’est aussi surtout « un moment enthousiasmant, un bon investissement et un facteur de réassurance ».

Oui mais comment faire pour devenir propriétaire sans apport ? 59 % des locataires pensent en effet que, sans moyens financiers conséquents, ils ne peuvent accéder au placement préféré des français avec l’assurance vie : la pierre.

En théorie, selon une demande du Haut Conseil de Stabilité Financière, les banques ne peuvent octroyer un prêt immobilier sans apport. Dans la pratique cependant, certains prêts subventionnés par l’État sont considérés par les banques comme un apport personnel.

Prêt à Taux Zéro

Vos achetez pour la première fois ou n’êtes pas propriétaire de votre résidence principale depuis 2 ans ? Vos revenus n’excèdent pas le plafond de ressources fixé par le service public ? Vous pouvez alors bénéficier du célèbre prêt gratuit : le PTZ !

S’adressant à plus de 80 % des ménages, ce prêt sans intérêt peut représenter jusqu’à 40 % du prix de l’achat immobilier (zones à forte demande en logements A, A bis et B).

Constitutif d’apport personnel, le PTZ se combine avec un prêt bancaire classique mais pas seulement ! Autres prêts possibles en effet : Accession Sociale, Conventionné, PEL, Complémentaires (Action Logement, Collectivités Territoriales, Caisses de Retraite Complémentaires et Mutuelles, Fonctionnaires).

Le PTZ, accessible dans pratiquement toutes les banques, n’est soumis en outre à aucun frais (intérêts intercalaires, frais de dossiers…). Enfin, selon vos revenus, son remboursement est différé de 5, 10 ou 15 ans.

Prêt Action Logement

Considéré aussi comme apport personnel, le prêt action logement constitue une autre solution avantageuse pour devenir propriétaire sans argent ! Également appelé prêt ‘patronal‘ ou ‘employeur‘, il s’adresse en priorité aux primo-accédants ainsi qu’aux ménages aux revenus modestes (actionlogement.fr).

Vous êtes salarié(e) ou préretraité(e) d’une entreprise du secteur privé non agricole d’au moins 10 salariés  adhérente au CIL ? Obtenez, en fonction de la zone et de votre employeur, un prêt jusqu’à 25 000 € à un taux très attractif de 0,5 % !

Prêt d’Accession Sociale

Seuls les établissements bancaires ayant signé une convention avec l’État peuvent accorder un PAS. S’il est incompatible avec les prêts immobiliers classiques, il peut toutefois être complété par d’autres prêts aidés.

Accordé pour une durée de 5 à 35 ans selon les mêmes conditions de ressources que le PTZ, le PAS n’est cependant pas un emprunt sans intérêt de remboursement. Ses taux sont toutefois généralement inférieurs à ceux des prêts immobiliers classiques. Autres atouts : des frais de dossiers (500 €) et de notaire réduits !

Prêt Conventionné

Contrairement au PAS, le PC n’est soumis à aucune condition de ressources. Pouvant financer l’intégralité du coût de l’opération immobilière, il n’est cependant pas compatible avec un prêt classique. Le PAS est par contre cumulable avec les autres prêts aidés et le PEL.

Devenez propriétaire sans apport en vous faisant accompagner par un courtier

Si l’absence d’épargne est souvent un frein pour devenir propriétaire sans apport, ce n’est pas impossible ! Dans cet objectif, il peut être intéressant de faire appel à un courtier en immobilier. Immatriculé à l’Orias et détenteur d’une assurance responsabilité civile, ce professionnel à l’activité strictement réglementée se charge de négocier pour vous le meilleur prêt immobilier.

Sachez par contre, qu’en cas de situations professionnelles et financières instables, vous avez peu de chance de trouver un courtier fiable. Un bon professionnel sait en effet quels sont les dossiers ayant une chance d’aboutir !

Pour choisir le bon courtier, ne misez donc pas sur le hasard. Faites confiance au bouche-à-oreille. Parmi les critères à surveiller :

  • Immatriculation au Registre Unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance.
  • Nombre d’années de métier.
  • Montant des honoraires de courtage : les prix et les pratiques sont en effet très variables selon les courtiers ; préférez plutôt un courtier qui se rémunère seulement avec les commissions des banques…
  • Liste des banques de son réseau et indépendance…

Agissez aussi au feeling mais, dans tous les cas, ne choisissez pas un courtier qui vous réclame des frais avant la conclusion du prêt immobilier. Fuyez également celui qui fait du démarchage ou possède son siège social à l’étranger.

Achat en viager occupé sans rente : une solution d’accession à la propriété peu connue pour les ménages aux revenus modestes

Contrairement aux idées reçues, le viager ne s’adresse pas seulement aux investisseurs avec capital. Avec peu ou pas d’apport, on peut tout à fait devenir propriétaire… A condition toutefois de choisir l’option ‘achat viager occupé sans rente’ également appelé ‘viager en nue-propriété‘. Un prêt bancaire classique permet alors de financer l’achat qui est, dans ce cas-là, immédiat. Comme il n’y a pas de rente, le bouquet versé par l’acheteur (= débirentier) correspond au montant de la valeur totale du bien. Quant au vendeur (= crédirentier), il occupe le bien jusqu’à son décès.

Favorable tant aux vendeurs qu’aux acheteurs, le marché du viager est en progression constante. C’est en effet le bon moment pour devenir propriétaire sans apport :

  • Taux d’emprunts bancaires immobiliers exceptionnellement bas.
  • Vieillissement de la population et coûts élevés de la dépendance.

Devenir propriétaire est toujours, selon un récent sondage d’Opinion Way pour Artémis Courtage, un « acte essentiel ». Et, sans épargne, accéder à ce rêve partagé par plus de 90 % des français n’est pas une utopie ! Les conditions sont en effet favorables, même pour les revenus modestes. Dans ce contexte propice à la propriété immobilière, le recours à des spécialistes de la négociation est plébiscité par 58 % des français.